mercredi, août 10, 2022
25.3 C
Nantes

le virus se réinvite à l’agenda de l’exécutif

ANALYSE – Le président, qui commençait à dresser des perspectives d’avenir, est contraint de gérer le rebond épidémique.

Les médecins ont repris le chemin des plateaux de télévision. À cinq mois de l’élection présidentielle, revoilà la crise sanitaire, à la faveur d’une «cinquième vague qui démarre de façon fulgurante», selon le constat dressé dimanche par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, lors du «Grand Rendez-Vous Europe 1/Cnews/Les Échos».

L’exécutif – qui capitalise depuis le printemps sur les bons chiffres de la vaccination – est de nouveau confronté à l’inquiétude des Français. Témoins des décisions drastiques prises par nos voisins européens (confinement en Autriche, couvre-feu aux Pays-Bas…), ils s’interrogent sur les conditions dans lesquelles ils traverseront l’hiver. Même si le gouvernement ne cesse de rappeler que les contaminations sont pour l’instant moins importantes chez nous. «C’est parce que la couverture vaccinale est supérieure», insiste-t-on à l’Élysée, où l’on veut ainsi prouver que les efforts réclamés cet été par le chef de l’État n’ont pas été vains.

Malgré tout, «le sujet

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici