lundi, août 15, 2022
18.8 C
Nantes

le parquet de Paris enquête sur des tweets racistes contre l’équipe de France

Le 28 juin 2021, l’attaquant français Karim Benzema marque le but de l’égalisation lors du match contre la Suisse, en huitièmes de finale de l’UEFA Euro 2020, à l’Arène nationale de Bucarest. FRANCK FIFE / AFP

Dans la foulée de son élimination de l’Euro, après un match poussif contre la Suisse, l’équipe de France avait reçu des milliers de messages calomnieux. Le 30 juin, le parquet de Paris a ouvert une enquête sur cette vague de messages visant certains Bleus, selon une information de 20 Minutes.

Cette enquête a été ouverte notamment pour « injure publique à caractère raciste », deux jours après la défaite de la France contre la Suisse, a précisé le parquet. Cette procédure fait suite à des signalements de tweets haineux transmis par la plate-forme Pharos au pôle de lutte contre la haine en ligne du parquet, a expliqué une source proche du dossier à l’Agence France-Presse.

Les investigations, qui doivent permettre d’identifier les auteurs des messages, ont été confiées à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC).

Lire aussi Un Euro de football inadapté à la pandémie « Sale nègre »

Le nouveau président de la collectivité unique de Martinique, Serge Letchimy, avait écrit le 30 juin au ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti, pour condamner « des propos injurieux, racistes à l’encontre du joueur de football Kylian Mbappé », dans un courrier dévoilé par la chaîne de télévision publique Martinique 1re.

L’élu faisait notamment référence à un tweet, très relayé et commenté sur le réseau social, qui insultait l’attaquant du PSG, dont le tir au but manqué face à la Suisse avait précipité l’élimination de la France. « Ce sale nègre mérite de se prendre une centaine de coups de fouet et de se faire revendre en Libye », écrivait l’utilisateur.

« Il est hors de question de laisser passer ce type de propos haineux, qui doit, de manière systématique, appeler à l’interpellation de leurs auteurs, d’autant que la loi française, heureusement, condamne ce type de discours haineux sur la toile », poursuivait l’élu dans sa lettre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Euro 2021 : 60 000 spectateurs à Wembley, malgré la pandémie Plusieurs associations portent plainte

En parallèle, l’association SOS Racisme a porté plainte pour ces faits, en vue de se constituer partie civile en cas de procès. Le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) a également annoncé son intention de porter plainte.

Dimanche, des supporteurs du Paris-Saint-Germain du Collectif Ultras Paris (CUP) ont déployé une banderole devant le stade du club, le Parc des Princes, en soutien à l’attaquant vedette, sur laquelle était écrit : « Racisme, lynchage médiatique : soutien à K. M. »

Le pôle national de lutte contre la haine en ligne du parquet de Paris a été créé en janvier, en réponse notamment à la recrudescence de cyberharcèlement et aux critiques relatives au manque de moyens déployés par les autorités. Il s’est notamment chargé des poursuites judiciaires contre des personnes ayant menacé la jeune Mila après ses diatribes contre l’islam, ou encore d’une vague de messages antisémites publiés sur Twitter et Facebook lors de la dernière élection de Miss France.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Euro 2021 : le rôle de la « DG » de la Fédération française de football en question après l’échec des Bleus Dembélé présente ses excuses après une vidéo raciste

S’agissant d’affaire de racisme, les joueurs de l’équipe de France Ousmane Dembélé et Antoine Griezmann ont, pour leur part, été sommés de s’expliquer à la suite de la publication d’une vidéo, vendredi, dans laquelle le premier se moque du physique et de la langue d’employés d’un hôtel au Japon lors d’une tournée de leur club, le FC Barcelone en 2019.

Dans cette vidéo, Ousmane Dembélé interpelle son coéquipier pendant que des techniciens s’affairent autour d’un téléviseur dans une chambre d’hôtel. Il ironise sur leur physique et leur langue sous le regard de son partenaire, amusé mais silencieux.

ah ouais ils sont comme ça Antoine Griezmann et Ousmane Dembélé ? #StopAsianHate https://t.co/JJFBk6X0nZ

— duatleti (@nahidul ?????????)

« En tant que partenaire du club et hôte de la tournée, je regrette beaucoup les remarques discriminatoires des joueurs du FC Barcelone », a twitté Hiroshi Mikitani, le PDG de Rakuten, sponsor maillot du FC Barcelone. « Rakuten a été un sponsor du club louant la philosophie du Barça, poursuit le fondateur de ce géant japonais du commerce en ligne. De telles remarques ne sont pas acceptables, en aucune circonstance. Je vais officiellement protester auprès du club et lui demander une explication. »

Dembélé a depuis présenté ses excuses aux « personnes présentes sur ces images », expliquant qu’il s’agissait d’une « vidéo privée » et qu’il « ne visai[t] aucune communauté ». Antoine Griezmann, lui aussi visé par ces critiques sur les réseaux sociaux, « réfute avec fermeté les accusations » et a assuré lundi, dans un tweet, s’être « toujours engagé contre toute forme de discrimination ».

Lire aussi Euro 2021, la gazette : lutin napolitain, classe de Thiago et prépa des Bleus

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici