samedi, août 13, 2022
19.7 C
Nantes

Sur Twitch, Jean Massiet vulgarise la «chose politique»

Le streamer, ancien collaborateur de cabinet, reçoit chaque semaine des invités politiques dans un «talk-show» qui s’adresse aux jeunes.

Le ton se veut détendu, l’ambiance conviviale, la tenue décontractée. Sur le plateau de «Backseat», le «talk-show politique des jeunes» retransmis sur le service streaming de jeu vidéo Twitch, Jean Massiet accueille ses invités en jean tee-shirt et n’hésite pas à adopter un langage plutôt familier. «J’essaie de faire passer un bon moment aux gens, la politique c’est déjà suffisamment chiant pour pas que j’en rajoute», s’amuse-t-il.

Depuis le début de l’été, l’ancien collaborateur de cabinet, motivé par l’envie d’«offrir aux jeunes un format spécifique à l’approche de la présidentielle», anime un rendez-vous hebdomadaire. Le «streamer» y interroge d’abord un jeune influenceur sur son rapport à la politique, avant d’interviewer une personnalité «de premier plan». Le format s’ajoute aux live de «questions au gouvernement» que Jean Massiet commente et «vulgarise» depuis maintenant six ans.

«C’est un format original qui marche très bien. Ça fait six ans que je construis mon audience pas à pas. Le sujet politique n’est pas aussi sexy de prime abord que le jeu vidéo, donc ce n’est pas évident, mais ça répond en réalité à une attente très forte des jeunes», précise Jean Massiet.

«Il y a même une forme d’envie»

À la surprise de l’hôte lui-même, les politiques se prêtent volontiers au jeu. «Je les sens même plutôt contents de venir. J’avais un peu peur qu’ils méprisent la plateforme ou bien qu’ils aient peur en se disant qu’ils ne connaissaient rien aux codes. Mais finalement, il y a même une forme d’envie», assure-t-il. En témoignent les nombreuses personnalités qui se sont succédé jusqu’à maintenant, à l’instar de l’écologiste Sandrine Rousseau, la socialiste Najat Vallaud-Belkacem ou même la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

«C’était un moment très sympathique», se souvient le candidat au congrès des Républicains, Philippe Juvin. Lui a particulièrement apprécié le «ton volontairement plus libre» et la possibilité de parler «aux gens là où ils sont». «Les personnalités politiques pensent qu’elles sont sur un piédestal et que les gens viennent religieusement les écouter, mais ce n’est plus le cas. Il est fini le temps où, parce que vous faisiez le journal de 20 heures d’une chaîne télé, vous alliez toucher toute la France», estime le prétendant qui ne veut pas «négliger une partie de la population».

La macroniste Yaël Braun-Pivet en a quant à elle profité pour expliquer son rôle de présidente de la commission des lois à l’Assemblée nationale. «C’était agréable de pouvoir prendre le temps de répondre», observe-t-elle. Surtout, l’élue juge «difficile de toucher les jeunes d’une façon générale» et voit comme un «devoir» le fait «d’aller les chercher». «Pour eux, vous n’existez pas, donc trouver des canaux pour échanger avec des gens pour qui vous n’existez pas, c’est très très compliqué», soupire-t-elle.

À moins de six mois de l’élection présidentielle, Jean Massiet compte bien multiplier les formats et les invités, en diffusant et commentant notamment en direct des meetings de campagne. «Le but, c’est d’inviter les candidats à la présidentielle, à l’exception de ceux qui sortent du champ de ce qui est autorisé dans ma chaîne, comme le racisme ou l’antisémitisme», précise-t-il toutefois.

S’il se réjouit de voir le succès de son travail – son compte Twitch compte quelque 122 000 abonnés -, Jean Massiet déplore aussi l’utilisation faite des réseaux sociaux par les politiques. «Les dispositifs de campagne sont encore très chiants et très classiques», estime-t-il. Selon lui, les personnalités qui les investissent «n’y sont pas de la bonne manière». «Ils n’ont pas adopté pour la plupart d’entre eux la grammaire des réseaux sociaux, les postures que ça implique. Il faut se prêter au jeu, pas pour s’y soumettre mais pour parler au public», plaide-t-il. Et de déplorer «un manque de motivation pour beaucoup d’entre eux».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici