dimanche, août 7, 2022
28.9 C
Nantes

«Le rire a disparu de la politique»

ENTRETIEN – L’ancien président du Conseil constitutionnel voit dans la disparition des mots d’esprit dans le débat public les stigmates d’une société qui doute de son avenir.

Où sont passés les gladiateurs du verbe qui n’hésitaient pas à descendre dans l’arène politique, à l’image de Clemenceau, Jaurès, Briand ou, plus près de nous, Mitterrand, Giscard, Chirac, sans parler de De Gaulle?, s’interroge l’ancien ministre de l’Intérieur et président de l’Assemblée nationale. Alors qu’il monte actuellement pour la première fois sur scène avec sa compagne, Valérie Bochenek, Jean-Louis Debré, 77 ans, auteur de romans policiers et de livres d’histoire, publie Quand les politiques nous faisaient rire (Éditions Bouquin).

LE FIGARO. – Votre livre fourmille de bons mots. Quels sont ceux qui vous viennent à l’esprit?

Jean-Louis DEBRÉ. – En cette période électorale, je citerais évidemment le bon docteur Queuille: «Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.» Pour lui, la politique n’avait pas pour objet «de résoudre les problèmes», mais «de faire taire ceux qui les posent». Je convoquerais aussi, pour témoigner sur ce qui se passe avant les élections, Edgar Faure. Il

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici