mercredi, août 10, 2022
25.3 C
Nantes

Connecter l’endodontie d’aujourd’hui au patient de demain 

Comme toutes les “grandes idées”, le programme E-Endo est né d’échanges nourris qui ont donné lieu à une ambition: dessiner les contours de l’endodontie de demain, concevoir les outils qui assureront son développement, pour in fine améliorer la qualité de soins des patients. La révolution est déjà en marche… Il est temps d’accélérer le mouvement.

Conçu et proposé par
L’endodontie en France, en 2021

L‘endodontie est la branche de l’odontologie qui traite de l’intérieur de la dent. Elle consiste à prévenir et traiter les maladies de la pulpe dentaire et les infections dites péri-apicales. Concrètement, elle englobe tous les soins réalisés par les chirurgiens-dentistes lorsqu’une dent a perdu sa vitalité normale et peut potentiellement s’infecter, ce qui nécessite une «dévitalisation». Il s’agit donc d’un acte conservateur permettant de pérenniser la dent, réalisé au moyen de techniques complexes. S’il semble important de le rappeler, c’est que le terme est paradoxalement assez méconnu.

Aujourd’hui, l’endodontie représente une activité quotidienne en cabinet dentaire, mais elle est souvent source de stress pour le praticien, ce qui dénote un manque d’assurance; sachant que si l’acte est mal conduit, il risque d’entraîner une infection susceptible de mettre en danger la santé générale du patient.

E-ENDO program: Connecter l’endodontie d’aujourd’hui au patient de demain MicroMega

Coté Santé numérique… Quoi de neuf, docteur?

Le terme est aujourd’hui décliné dans toutes les spécialités médicales. La E-Santé est devenue une composante essentielle des politiques de santé publique. Les premiers Dispositifs Médicaux Connectés ou encore le “quantified self”, ce patient connecté, gérant sa santé de manière autonome, ne sont que des parties émergées d’un “impressionnant iceberg”, tant les champs d’application de la médecine 4.0 semblent encore insoupçonnés.

Dans cette perspective, l’endodontie en France -et la santé bucco-dentaire en général-, ne doit surtout pas rester à la traîne, car elle a tout pour réussir sa mutation: un enseignement de renommée internationale et une assise technologique indéniable avec des fabricants à la pointe en matière d’instrumentation.

S.Claude, Directeur Général Délégué de MicroMega, leader français dans la fabrication de dispositifs endodontiques, résume: “Notre volonté est de donner corps à ce que nous appelons l’E-Endo, car l’endodontie de demain sera connectée ou ne sera pas, notamment en la dotant d’un cadre pédagogique, de recherches et d’applications orientées vers l’amélioration en continu de la qualité des soins et la sécurisation du dispositif ou de l’acte endodontique. Nous avons les savoirs et les savoir-faire, à nous d’en tirer parti et de le faire savoir!

E-Endo – Un programme à la pointe de l’innovation en Europe

Le programme, dont la feuille de route se précise de jour en jour, va s’appuyer sur un consortium idoine et solide, une “synergie des intelligences” facilitée par l’Intelligence Artificielle, pour innover sur tous les plans . À l’origine du projet, trois acteurs incontournables dans leurs domaines et complémentaires, qui se connaissent bien et regardent dans la même direction:

> L’Université de Lorraine via la faculté d’odontologie, avec ses compétences et son expertise reconnue dans la formation et la recherche, dont l’objectif sera de mieux certifier et re-certifier les praticiens, en fonction de l’évolution des pratiques

> MicroMega, industriel dont la réputation n’est plus à faire, avec 115 ans d’expérience dans la conception et fabrication d’instruments de micro-précision, épaulé par la puissance du Groupe Coltène, dans sa Recherche et Développement, notamment en matière d’Intelligence Artificielle et de dispositifs connectés

> La Preuve Numérique, startup spécialisée dans le domaine des preuves digitales, qui assure la captation des datas afin de les «figer», pour apporter des preuves de l’authenticité d’un contrat, d’un diplôme, d’un produit, ou encore d’un acte… En couplant les contingences juridiques des preuves avec la technologie software, notamment sa blockchain et des éléments physiques de hardware -serveurs, terminaux, puces RFID- LPN peut apporter un niveau de qualité de preuves poussé.

Créer une Halle technique “Made in France” à la hauteur des ambitions

L’idée n’est pas de mettre des étoiles dans les yeux en parlant de voitures volantes… Juste de dire que le progrès est avant tout une question de moyens humains et financiers. Car si l’on sait s’entourer des bons acteurs, dans les bonnes conditions, alors ce qui était idéaliste hier, devient vite palpable et le champ des possibles s’ouvre en grand” s’enthousiasme J-M.Martrette, doyen de la faculté d’odontologie de Lorraine.

Imaginez… un patient venant se faire soigner auprès d’un dentiste utilisant une “lime intelligente”. Imaginez que son moteur connecté puisse faciliter le diagnostic, conseiller une lime plus appropriée si nécessaire, modéliser le canal -de la dent traitée en 3D-, ou encore enregistrer le traitement effectué dans un dossier patient anonymisé par blockchain. Imaginez que l’échange des datas permette de certifier le matériel utilisé, mais aussi l’acte en soi, en authentifiant le suivi des protocoles de sécurité. Imaginez la mine d’informations recueillies afin d’optimiser la formation continue et sur mesure des praticiens.
Imaginez tout ce que nous avons à construire au niveau européen et en peu d’années si nous voulons être au niveau de la concurrence américaine ou chinoise!”, sourit S.Claude et il ajoute: “Nous avons hâte de donner vie à ce consortium voué à l’innovation, ouvert à ceux qui veulent aller de l’avant, et de nous mettre au travail”.

Contenu conçu et proposé par L’Agence Delta. La rédaction du Figaro n‘a pas participé à la réalisation de cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici