mercredi, août 10, 2022
22.5 C
Nantes

«17 octobre 1961, les limites d’une démarche unilatérale»

CONTRE-POINT – La commémoration de la repression sanglante aurait pu aider à l’apaisement entre la France et l’Algérie.

«Inexcusable». Emmanuel Macron a décidément le goût des mots à double lecture. Celui choisi pour qualifier la répression de la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961 souligne l’inconfort des lignes de crête.

En affirmant – par un communiqué et pas dans un discours, nuance significative – que les «crimes commis cette nuit-là sous l’autorité de Maurice Papon sont inexcusables pour la République», le chef de l’État a été plus loin que son prédécesseur, François Hollande, qui, il y a neuf ans, le premier, avait dit: «La République reconnaît avec lucidité ces faits.» Le président socialiste les avait reconnus, son successeur les a qualifiés. Mais, puisque ces faits sont «inexcusables», il n’y a donc pas d’excuses à présenter aujourd’hui pour ce qui s’est passé il y a soixante ans – et, a fortiori, pas de demande de pardon -, contrairement à celles, légitimes, présentées aux harkis il y a à peine un mois.

On peut y voir une habileté présidentielle. Ou du moins une nouvelle expression

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici